Mot de la Présidente

000071De 1960 à ce jour, plus de 50 ans après l’accession de la RDC à l’indépendance, quel bilan pouvons – nous dresser sur la gestion de la chose publique par la « gente masculine » au pouvoir ? La lutte pour le bien-être de tous passe par la prise en compte et la mise en commun des idées des uns et des autres en vue de gérer la société dans une approche qui satisfait tout le monde. C’est la véritable démocratie, comme qui dirait ‘’l’union fait la force’’.
Malheureusement, malgré la majorité démographique que constituent les femmes en RDC, cette ressource humaine est demeurée minoritaire dans toutes les instances de prise de décision politique pendant plus de cinq décennies. Une vision monolithique masculine dépourvue de tous les paramètres de la vie a emmené le pays à vivre le contraste caractérisée par la pauvreté de la population congolaise dans un pays à potentialité incommensurable.
C’est pourquoi, au-delà de mes convictions politiques, j’ai pris l’engagement de promouvoir les droits humains et les droits spécifiques des femmes de mon pays et à travers le monde entier. J’accorde une attention particulière aux femmes politiques en vue d’accroître leur participation dans les instances décisionnelles du pays à tous les niveaux. J’ai la ferme conviction que les femmes sont porteuses de changement positif dans la gestion de la chose publique, car elles sont en mesure d’y apporter des solutions concrètes aux préoccupations de la population. « Une femme en politique, la politique la change mais plusieurs femmes en politique, elles changent la politique pour l’intérêt général ». Les Femmes apportent la bonne gouvernance dans la gestion de la république.

Honorable Eve BAZAIBA MASUDI,
Présidente de la LIFCE, mars 2010.